Workshop on Stochastic Weather Generators: Avignon, 17-19 septembre 2014

Lundi, Décembre 29, 2014

Comment quantifier la variabilité et les incertitudes dues au caractère en apparence aléatoire du climat ? Disposer de séries de données météorologiques suffisamment longues pour un ensemble de variables climatiques (températures, précipitations, vitesse du vent, etc.) est primordial pour les études d’impact dans lesquelles intervient le climat.

 

Les générateurs stochastiques de données météorologiques sont des modèles probabilistes permettant de produire des simulations stochastiques de longueur illimitée. Ces séries peuvent être simulées sur une base horaire ou journalière. Le modèle est calibré en estimant les paramètres à partir de séries mesurées, afin de reproduire des propriétés statistiques semblables aux séries mesurées. Les générateurs stochastiques ont été adoptés comme un outil peu coûteux pouvant être utilisé pour produire des variables d’entrée pour des modèles d’impact.  Les domaines d’application sont nombreux : en écologie, en environnement et en agronomie, ils permettent de quantifier les risques climatiques sur les agro-écosystèmes.

 

Le colloque « Stochastic Weather Generator 2014 » a réuni plus de 50 participants appartenant à la communauté nationale et internationale des chercheurs, praticiens et utilisateurs des générateurs stochastiques de conditions météorologiques. Ce colloque avait deux objectifs scientifiques :

 

  • Consolider une communauté de statisticiens très dispersée géographiquement. Ont participé à ce colloque des orateurs en provenance des Etats-Unis (NCAR, U. Colorado), de Nouvelle-Zélande (National Institute of Water and Atmospheric Research), Grande-de Bretagne (University College, London), de Suède (Chlamers Univerity) et d'Arabie Saoudite (KAUST). En France, les orateurs provenaient de l'IFREMER, de l'IRSTEA, de l'INRA, de l'IPSL, d'EDF, de GDF-Suez et de plusieurs universités.
  • Mieux faire connaître ces outils auprès des chercheurs en écologie et environnement, les utilisateurs principaux en France appartenant pour l'instant au secteur industriel de l'énergie. Il s'agit d'élargir la communauté des utilisateurs en direction des chercheurs travaillant sur l'impact du climat sur les écosystèmes et l'environnement (p.ex. la ressource en eau) et sur la vulnérabilité de ces systèmes aux changements climatiques.

 

Le programme et les exposés sont en ligne sur le site do workshop